Hmoobtxojkevhlub

Lub chaw no kuv qhib los sau tseg txhua yam ua kuv paub txog

hi! Welcom

Txhuatiam music

Xav nrog koj nyob txhua tiam

Mots-clés

Derniers sujets

» Nyeem cov lus sau tseg rau koj mog
Jeu 22 Juin - 11:17 par Niamnkaujkabyeeb

» Tshuaj ntsuab kev siv
Dim 12 Mar - 18:39 par Hlubibleeg

» kuv kawm sau ntawv thaib
Mar 15 Nov - 6:59 par Hlubibleeg

» Ntshe tsis muaj lawm hnub no tiam no
Jeu 17 Déc - 20:02 par Hlubibleeg

» hmoob muaj nujnqis
Mar 12 Mai - 6:17 par Invité

» Saib duab ntiaj teb
Jeu 12 Mar - 15:34 par Hlubibleeg

» Daim ntawv nyeem
Jeu 27 Nov - 21:49 par Hlubibleeg

» Tshem qhov phem mus
Lun 29 Sep - 8:53 par Hlubibleeg

» paj huam rau peb nyeem laug caij
Sam 27 Sep - 13:17 par Hlubibleeg

Partenaires


créer un forum

      

qhib movie

so kua muag

saibduab1

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 11 le Ven 30 Aoû - 6:24


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Tshuaj ntsuab kev siv

Partagez

Hlubibleeg

Messages : 823
Date d'inscription : 24/06/2013

Tshuaj ntsuab kev siv

Message par Hlubibleeg le Dim 12 Mar - 18:06


Phytothérapie : de la plante au médicament
Phytothérapie : où en est la recherche ?
PHYTOTHÉRAPIE ET MAUX QUOTIDIENS
Ail des ours
Chou
Citronnelle
Desmodium
Gelée royale
Nigelle
Raifort
Thym
PHYTOTHÉRAPIE ET FATIGUE PHYSIQUE ET MENTALE
Gingembre
Ginseng
Guarana
Maca
Origan
Propolis
Spiruline
PHYTOTHÉRAPIE ET MINCEUR
Konjac
Noisetier
Nopal (figue de barbarie)
Thé vert
PHYTOTHÉRAPIE ET TROUBLES FÉMININS
Myrtille
Persil
Sauge
PHYTOTHÉRAPIE ET TROUBLES URINAIRES
Busserole
Canneberge
Orthosiphon
Piloselle
Pissenlit
Prêle
Sureau
Verge d’or
PHYTOTHÉRAPIE ET TROUBLES DE LA DIGESTION ET DU TRANSIT
Badiane
Cannelle
Cardamome
Curcuma
Fenouil
Fenugrec
Psyllium
Radis
Saule blanc

VOIR AUSSI
Phytothérapie
Guide des huiles essentielles
Le saule blanc contient de l'acide salicylique au niveau de son écorce, utilisé en phytothérapie pour lutter contre les douleurs inflammatoires, contre les rhumatismes, ainsi que pour abaisser le niveau de la fièvre, il est également recommandé pour ses effets astringents.


Sommaire
Propriétés médicinales du saule blanc
Histoire de l'utilisation du saule blanc en phytothérapie
Description botanique du saule blanc
Composition du saule blanc
Utilisation et posologie du saule blanc
Précautions d'emploi du saule blanc
Avis du médecin
La recherche sur le saule blanc
saule-blancNom scientifique : Salix alba

Noms communs : saule blanc, osier blanc, sandre, saule argenté

Nom anglais : white willow

ACTUALITÉ DES MARQUES
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMER AVEC MODÉRATION.
Participer au Concours Design Malesan 2017.
JOUER
Réaliser le coffret vintage de la bouteille Malesan et tenter de remporter l’un des 6 ...
Classification botanique: famille des salicacées ( Salicaceae )

Formes et préparations : infusions, décoctions, teintures, gélules

Propriétés médicinales du saule blanc

UTILISATION INTERNE

Soulage la douleur : fièvre, maux de tête, cystite, règles douloureuses, bursite, tendinite.
Agit comme antirhumatismal : arthrite, rhumatismes dorsaux et articulaires (hanches et genoux).
Agit comme astringent : traitement des hémorragies internes.
Protège des troubles du sommeil : insomnie, bouffées de chaleur, sueurs nocturnes.
UTILISATION EXTERNE

Soigne la peau : plaies, ulcères, cors, verrues.

INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES USUELLES

Le saule blanc est considéré comme une aspirine végétale, grâce à son écorce riche en dérivés salicylés (salicoside), dont les propriétés sont identiques à celles de l'aspirine, les effets secondaires au niveau digestif en moins. Cette plante médicinale est recommandée pour soulager de nombreuses douleurs, notamment articulaires, issues de l'arthrose et des rhumatismes. Le saule blanc peut être également utilisé pour soulager des maux de tête, des règles douloureuses ou encore un état fébrile de type grippal.

AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES

L'utilisation du saule blanc permet de traiter les problèmes du sommeil, principalement les insomnies, les bouffées de chaleur et la transpiration nocturne. En usage externe, cette plante médicinale soigne les plaies et les ulcères via des lavages effectués après décoction. En application directe, le saule blanc permet de réduire les verrues et les cors.

Histoire de l'utilisation du saule blanc en phytothérapie

Le saule blanc est originaire du continent européen et pousse dans des lieux humides. Cette plante médicinale est également présente en Asie et en Amérique du Nord. Le saule blanc est utilisé depuis 2 500 ans pour soulager les personnes atteintes de douleurs articulaires et vaincre la fièvre. En Chine, il est consommé dès le Ve siècle avant notre ère comme antipyrétique et analgésique. Au Ier siècle, le médecin, pharmacologue et botaniste grec Dioscoride propose de consommer "des feuilles de saule, écrasées avec un peu de poivre et trempées dans du vin" dans le but de calmer les douleurs situées dans la région lombaire. Durant le Moyen Age, le saule blanc est un produit dont l'usage est favorisé pour réduire les vomissements et traiter les verrues. En 1828, le pharmacien français Leroux parvient à isoler le principe actif du saule : la saliciline. Dix ans plus tard, Piria élude sa transformation par le corps en acide salicylique. La synthétisation de cette substance active crée l'aspirine.

Description botanique du saule blanc

Arbres ou arbustes dioïques (les sexes sont séparés) à feuilles simples, soyeuses, avec des reflets argentés sur les deux faces, les saules se développent dans des zones humides, notamment à proximité des cours d'eau. Ils peuvent atteindre 25 m de hauteur. L'écorce est crevassée alors que les jeunes rameaux sont velus et flexibles. Se distinguant par leurs couleurs, les fleurs femelles sont vertes et les fleurs mâles sont jaunes. Elles sont regroupées en chatons. Les fleurs mâles ont 2-5 staminées. Ovaires uniloculaires, les fleurs femelles affichent des chatons duveteux durant la période printanière. Les fruits du saule blanc apparaissent sous forme de capsules de forme allongée.

Composition du saule blanc

PARTIES UTILISÉES

En phytothérapie, l'écorce du saule blanc est la principale partie utilisée, notamment par prélèvement sur les jeunes rameaux âgés de 2 à 3 ans. On utilise aussi, en usage externe, les feuilles et les chatons (antispasmodique, sédatif nerveux).

PRINCIPES ACTIFS

Dérivés salicylés entre 1 et 11% (glucoside de l'alcool salicilique, salicine/salicoside, salicortine), flavonoïdes (isoquercitroside, glycosyl naringétol, isosalipurposide), tanins catéchiques en proportion variable jusqu'à 20%, autres composés phénoliques en faible quantité (triandrine, vimaline, grandidentatine, syringoside, picéoside).

Utilisation et posologie du saule blanc

DOSAGE

L'écorce de saule blanc est utilisée sous forme de plante sèche, de gélules et d'extraits liquides ou secs. Les produits manufacturés assurent une teneur minimale en salicine, tandis que les chatons sont fournis tels quels.

- En infusion, il est recommandé de placer de 2 à 3 g d'écorce, ou 5 g de chatons, dans une tasse d'eau portée à ébullition. Le saule blanc doit être pris avant chaque repas de la journée, soit à quatre reprises.

- En teinture, prendre 2,5 ml de celle-ci en la mélangeant avec de l'eau, trois fois par jour, notamment pour lutter contre les rhumatismes.

- Sous la forme d'extrait fluide, prendre de 15 à 30 gouttes, trois fois par jour. Adaptez votre dosage en fonction du poids du malade et du niveau des douleurs.

- En se référant au dosage en salicine, un adulte peut prendre 60 mg de salicine, entre une et quatre fois par jour, moitié moins pour un enfant ayant de 4 à 10 ans.

Précautions d'emploi du saule blanc

Ne pas dépasser les limites du dosage, sous peine de favoriser, comme avec l'aspirine, des hémorragies. En cas de traitements médicamenteux, il est vivement recommandé de préciser votre prise de saule blanc à votre médecin ou à votre pharmacien.

CONTRE-INDICATIONS

Les contre-indications de la consommation de produits contenant de l'écorce de saule blanc sont identiques à celles de l'aspirine. Il faut éviter leur consommation par des personnes allergiques aux salicylates, aux anti-inflammatoires non stéroïdiens, par des personnes souffrant d'ulcères de l'estomac ou du duodénum ou encore par des personnes sujettes aux hémorragies. Cette plante médicinale est déconseillée également aux personnes asthmatiques, malades des reins ou souffrant de goutte et, enfin, chez les femmes enceintes ou durant l'allaitement.

EFFETS INDÉSIRABLES

Les effets indésirables sont rares, même si un surdosage peut causer des réactions allergiques (urticaire, crise d'asthme, démangeaisons) et des troubles digestifs (diarrhées, nausées). Le saule blanc est une plante anaphrodisiaque qui réduit la libido.

INTERACTIONS AVEC DES PLANTES MÉDICINALES OU DES COMPLÉMENTS

On ne note aucune interaction avec des plantes médicinales ou des compléments. Cependant, un risque théorique existe en cas d'utilisation avec des plantes qui fluidifient le sang.

INTERACTIONS AVEC DES MÉDICAMENTS

Si aucune interaction avec des médicaments n'est notable, un risque théorique existe avec des médicaments comme l'aspirine ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Avis du médecin

DES BIENFAITS RECONNUS

L'action du saule blanc n'est pas uniquement due à la source d'acide salicylique qu'il contient. Les traitements à base de saule blanc concèdent des doses bien moins importantes que celles apportées par un traitement à base d'aspirine. La présence de flavonoïdes est une autre source pour expliquer ses effets bénéfiques pour soulager des douleurs lombaires. Dans le cas des douleurs liées à l' arthrose, les résultats semblent moins probants. Pour le traitement des maux de tête, un essai clinique montré l'efficacité du saule blanc par rapport à un traitement placebo introduit dans l'échantillon.

AVERTISSEMENT

Malgré le manque de preuves scientifiques, les femmes enceintes ou qui allaitent doivent s'abstenir de consommer cette plante. Il faut également être attentif aux médicaments nommés "feuille de saule" qui soignent les cors aux pieds. Ils ne contiennent pas de saule blanc. Il s'agit en réalité d'acide salicylique.

La recherche sur le saule blanc

Peu d'études sur le saule blanc sont menées dans le monde.



Hlubibleeg

Messages : 823
Date d'inscription : 24/06/2013

Re: Tshuaj ntsuab kev siv

Message par Hlubibleeg le Dim 12 Mar - 18:16


TPE : l'aspirine et le paracétamol
TPE : l'aspirine et le paracétamol

Rechercher dans ce site
A. Introduction
B. L'histoire de la découverte de l'aspirine et du paracétamol
C. Création et synthèse de l'aspirine et du paracétamol
D. Les effets de l'aspirine et du paracétamol sur l'organisme
E. Conclusion
Plan du site
B. L'histoire de la découverte de l'aspirine et du paracétamol
1. L'aspirine


L'acide acétylsalicilique vient du latin salix qui signifie "saule". L'aspirine a été synthétisée pour la première fois en 3200 avant JC grâce à une décoction (méthode d'extraction du principe actif par dissolution dans l'eau bouillante) de feuilles de saule sur des tablettes sumériennes (en argile).


En 1825, Francesco Fontana isole le principe actif de l'écorce du saule blanc et le nomme la salicine. Quatre ans plus tard, Pierre Joseph Leroux fait bouillir de la poudre d'écorce de saule blanc et concentre la solution. Il obtient des cristaux blancs qu'il nomme salicyline (elle permet de guérir les fièvres mais à un goût amer, provoque des brûlures d'estomac et des irritations de la bouche). En 1887, le chimiste allemand F.Hoffman (employé chez Bayer) trouve le moyen d'obtenir de l'acide acétylsalicylique presque pur. Aujourd'hui, plus de 10 000 tonnes d'aspirine est synthétisé par an.

2. Le paracétamol


Les antipyrétiques utilisés par les romains sont synthétisés à partir d'écorce de cinchoca mais elle devient rare et chère ce qui oblige aux chercheurs de trouver de nouveux substituts.

En 1878, Harmon Northrop Morse synthétise une substance : l'acétylaminophénol sans lui attribuer des propriétés médicales. Durant quelques années, différents produits antipyrétiques sont utilisés comme le Kairin découvert par Otto Fisher en 1882 ou l'acétanilide et la phénacétine mais sont dotés d'effets secondaires graves. Le paracétamol réapparait. En 1886, Adolf Kussmaul fait des études sur le paracétamol. Ses deux assistants à cours de produits se ravitaillent chez un pharmacien. Mais par erreur, il leur donne de l'acétanilide à la place du naphtalène. Ils découvrent les effets antipyrétiques de ce nouveau produit. En 1955, le paracétamol est commercialisé pour la première fois par Mc Neil Laboratories et en 1957, le paracétamol apparait pour la première fois en France commercialisé par les Laboratoires Theraplix qui par la suite mettra le Doliprane sur le marché en 1961.

Hlubibleeg

Messages : 823
Date d'inscription : 24/06/2013

Re: Tshuaj ntsuab kev siv

Message par Hlubibleeg le Dim 12 Mar - 18:36


Hlubibleeg

Messages : 823
Date d'inscription : 24/06/2013

Re: Tshuaj ntsuab kev siv

Message par Hlubibleeg le Dim 12 Mar - 18:39


Contenu sponsorisé

Re: Tshuaj ntsuab kev siv

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 20 Fév - 6:14